bougainvillea

18 mars 2016

Je lis, et j’articule les mots. À ce moment là, j’ai découvert pour moi-même que j’aime la consonne ”r” qui s’écoule de ma bouche. Je me rappelle d’un poème en français que j’ai composé il y a six mois environ.

Les fleurs s’épanouissant à la fenêtre
donnent de l’éclat à la cage
pas dorée, à lapins peut-être
mais où va le bonheur?

Et je me souviens des pas sur le sol qui, en se tintant, bruyamment un peu, provoquent en même temps des élancements dans ma tête. Ils me manquent. Je ferme mes yeux pour être dans l‘obscurité et je sais bien que j’ai très envie de m’allonger sur l’herbe sous la lune, avec le gazouillement des grillons autour de moi. Je pense de la mer, des vagues et des sables et puis, je pense de la pluie d’été qui se passe brusquement et se perde, à l’infinit du passé.

Et bien, je m’imagine tous les bruits du marché et de la ville. Je me demande pourquoi et comment bougainvillea est à la fois féminin (bougainvillée) et masculin (bougainvillier). Peut-on, les hommes, aller comme ça? Est-il possible?

Để lại lời bình

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s